Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
L’écran de fumée d'El Khalf
Mustapha El Khalfi a réussi à faire adopter son projet de loi autorisant désormais tout citoyen marocain à déposer plainte auprès de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) pour protester contre une émission, une pub ou un film qui ne cadrait pas avec sa vision de la vie en société. Séduisant sur le papier, dégoulinant de bonnes intentions, le texte en question comprend « plusieurs dispositions visant à doter l’instance de tous les instruments légaux et organiques afin de contribuer à garantir le droit des citoyens à l’information selon les législations en vigueur, à consolider la liberté de la communication audiovisuelle et sa protection dans le cadre des valeurs fondamentales du Royaume ». C’est connu, les bonnes intentions cachent souvent des arrières-pensées. Est-ce-à dire que le public s’empresserait à saisir le régulateur pour un sourire affriolant servi par une actrice à son partenaire dans un film mexicain ou le port d’une mini-jupe par une midinette d’une série mexicaine ? Les Marocains n’ont pas que ça à faire, ils ont d’autres chats à fouetter. Or, la retransmission en différé sur 2M de la prestation de la très sexy Jennifer Lopez lors du festival Mawazine 2015, qui a fait grincer des dents les dirigeants du PJD, aurait certainement fait abattre une avalanche de plaintes sur la Haca déposées par des âmes chastes et vertueuses ! C’est certainement cette affaire qui a poussé le ministre de la Communication à mitonner un texte pareil destiné à ses yeux à pousser les dirigeants de la SNRT et des deux chaînes télé publiques, qui échappent complètement à son contrôle, à faire preuve d’autocensure en attendant que les islamistes assoient leur mainmise dessus. Dans cette logique, combattre la médiocrité télévisuelle qui continue à battre tous les records semble être le dernier souci du ministre de tutelle. Vicieux, les islamistes ont fait en sorte que le texte soit adopté à la veille du ramadan, un mois pendant lequel une grande majorité de Marocains regarde les télévisions nationales. Avec sa nouvelle loi, El Khalfi et ses amis, pour lesquels le petit écran est porteur d’autres grands enjeux, cherchent-ils à préparer le terrain à des programmes télévisuels Halal où les actrices et les animatrices ne porteraient plus de tenues jugées islamiquement incorrectes? Finies donc les opera soap de Laraïchi et ses séries jugées très libertines qui heurtent la sensibilité islamiste ? Après avoir obtenu l’interdiction de la publicité des jeux de hasard sur les télés publiques, voilà El Khalfi qui s’apprête à les transformer progressivement en outils qui reflètent l’islamisation de la société. Un joli écran de fumée !
 
 

à lire aussi :
Pinchos, le poireautage sur un plateau
L'année reprend ses droits et le Bec Tranchant est de retour. Lors de son escale estivale, il a eu tout loisir d'observer non sans étonnement la hausse des prix de certains...
La cantine d’Anfa, populaire, mais pourquoi déjà ?
Voilà un moment que la Cantine d’Anfa nous fait de l’œil. Et pour cause, très bien situé, le restaurant fait salle comble entre midi et deux. Au vu de ce monde,...
Rif : La guerre des bus aura lieu
Dans le Rif aussi, la concurrence sur le marché du transport urbain promet d'être féroce, annonçant une explosion de l'offre et d'une farouche guerre des prix. L'espagnol...
Bouachrine dans de mauvais draps
 Interpellé vendredi 23 février, le directeur de publication de Akhbar Al Yaoum est poursuivi non pas dans le cadre d’un délit de presse mais pour des affaires de...