Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Moulahom Hafid se dévoile
Qu’il était émouvant notre Moulahom Hafid national dans son entretien-brosse à reluire au journal Al Akhbar où il s’est bien dévoilé alors qu’il s’est évertué de bout en bout à cacher son jeu. Exercice raté et maladroit. Mais on apprend une foule de choses à travers cette sortie médiatique mal assurée. Comme par exemple que le ministre businessman ne compte pas se présenter aux élections législatives. Sage décision, sauf à se porter courageusement candidat sur la liste nationale ou à lui créer une circonscription tiroircaisse sur mesure, raclée assurée. Non, Moulahom a d’autres soucis et non des moindres à porter et des dossiers stratégiques à défendre comme la privatisation de l’enseignement et de la santé sous prétexte que l’Etat n’a plus les moyens de les financer. La belle affaire ! Le premier a été privatisé depuis belle lurette mais Si Moulahom ne s’y est lancée que récemment, attiré par les marges pharamineuses offertes par ce secteur où les tarifs pratiqués sont exorbitants car libres comme le vent. S’agissant de la santé, le ministre est dedans depuis peu également. Quand il a compris que l’avenir du capital prédateur se trouve dans les métiers du bistouri et du scalpel, il a commencé à acheter des cliniques à tour de bras surtout qu’il avait déjà mis un pied dans l’assurance et le pharmaceutique. Moulahom est un écosystème à lui tout seul. Mais seul un grand ministre, doté d’un sens de l’Etat, guidé moins par le goût du lucre que par la volonté de servir la collectivité, peut défendre un service public de qualité pour les missions régaliennes que sont l’Education, la Santé et le Transport. Depuis qu’il est ministre, Moulahom Hafid a démissionné de la présidence de Saham dont il ne s’occupe plus ni directement ni indirectement de la gestion des affaires. Il faut le croire sur parole ! Donc, ce n’est pas lui qui a négocié pour son groupe la signature de l’assurance agricole qui a fait scandale, ni décroché un contrat avec Facebook au profit de sa filiale offshoring. Les responsables de ce réseau social n’ont nullement traité avec Moulay Hafid le ministre en charge de l’Economie numérique mais avec Saâd Bendidi le président de Saham! Il n’y a pas de quoi fouetter une souris ! L’ex-président de la CGEM n’utilise pas sa fonction ministérielle pour faire dans la prise illégale d’intérêt afin de fructifier davantage son business au détriment d’une concurrence saine et loyale. Le flinguant ministre, qui s’est engagé solennellement à « industrialiser le Maroc sur Power Point », est juste victime des esprits malintentionnés et jaloux de sa réussite qui lui font des procès d’intention. En somme, il nous veut du bien l’assureur a l’avenir bien assuré !
 
 
Ahmed ZOUBAIR

à lire aussi :
Clasico AS FAR-Raja : Le spectacle continue dans la rue...
Une fois encore, le Clasico AS FAR-Raja a fait parler de lui, non pas par le haut niveau technique de cette rencontre de football, disputée à Casablanca dimanche 21 septembre 2014, au...
Le médium Al Othmani mène l’enquête
  On connaissait au docteur Al Othmani des qualités de guérisseur et de fkih  mais pas de devin. Le crime crapuleux qui a secoué le quartier l’Hivernage de...
Maroc Telecom pousse son avantage
 Maroc Telecom maintient sa performance malgré un contexte de plus en plus concurrentiel marqué par le recours aux applications VoIP gratuites comme WhatsApp. Tous les voyants sont...
Coup de pompe
Le gouvernement a profité de la baisse du prix du baril sur le marché international pour décréter la décompensation totale des carburants dont la subvention...