Dernière minute ...
Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
L’OMS pointe les maladies de la santé au Maroc
Le ministre de la Santé, El Houssaine Louardi, a présenté mardi 2 février les résultats d'une évaluation des fonctions essentielles de la santé publique au Maroc. Invitant le Maroc à combler le retard dans certains secteurs de la santé, les auteurs de l’étude réalisée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont en quelque sorte fait le bilan de son action et de ses prédécesseurs. Un bilan pas reluisant malgré les discours lénifiants débités par les officiels. Le Maroc est le deuxième pays du monde arabe à avoir sollicité son expertise pour élaborer cette étude approfondie. L’OMS qui reconnaît cette démarche volontariste a pointé du doigt les maux qui minent la santé au Maroc : Pénurie des ressources, faible motivation des personnels dans les zones reculées et généralisation de la double pratique qui contribue à réduire les performances économiques. L’enquête a également révélé le caractère limité des dépenses de santé consacrées aux soins et aux maladies, la fragmentation des systèmes d'information sanitaire perpétuée par des programmes verticaux et l'absence de coordination intersectorielle. L'absence de stratégie de communication globale cohérente pour faciliter les priorités sanitaires nationales et l’inexistence d'un Institut national de santé publique sont jugés comme des facteurs aggravants. On apprend également qu’en matière de «gestion de la qualité, les laboratoires sont très faibles». Alors que «le matériel dans ces laboratoires est de mauvaise qualité, mais il est surtout mal maintenu». La biosécurité y «est très limité, voire dangereuse». Et devinez quoi : les ressources humaines « ne bénéficient que d’une formation superficielle ». Même si les auteurs du rapport saluent l’instauration du RAMED, ils constatent toutefois que ce dispositif affecte indirectement les laboratoires : « Jusqu’à 95% de patients ne payant pas, surconsommation d’analyses médicales non-justifiées, le système central ne rembourse pas les laboratoires, pas de recouvrement des coûts, (…) le Ramed menace clairement l’existence des laboratoires hospitaliers ». El Houssaine Louardi serait-il en train de préparer en douce un nouveau projet de loi visant à céder ces labos au privé boulimique incarné Moulahom Hafid ? Dans son discours le directeur régional pour la région de la Méditerranée orientale, Yves Souteyrand, a regretté que le Maroc connaisse un accroissement de la charge de morbidité causée par les maladies chroniques telles que le cancer, les maladies cardiovasculaires, l'insuffisance.
 
 

à lire aussi :
Faire la fine mouche chez Shiru...
Dans le quartier Palmier, face à la CGEM s'étend une lignée de restau- rants. Du choix, il y en a, du goût pas toujours. Les grandes enseignes étant toujours...
Travail domestique, péril en la demeure!
Il y a des lois qui servent à organiser la vie des citoyens et permettent d'encadrer telle ou telle activité. D’autres nourrissent l’impression qu’elles ne sont...
Martinsa-Fadesa, une faillite en béton
Le promoteur immobilier espagnol Martinsa-Fadesa a annoncé, lundi 2 mars 2015, sa faillite. Il s'agit de la plus importante du secteur jamais survenue dans la péninsule ibérique,...
Chaâbi Liliskane fait des victimes à Agadir
A Agadir, Chaâbi Lil Iskane fait aussi des mécontents. En effet, une vingtaine de familles ont protesté, lundi 2 février 2015, devant l’agence locale de la filiale...