Dernière minute ...
Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social Le Roi Mohammed VI a décidé mercerdi 1er août 2018 de mettre fin aux fonctions de Mohamed Boussaid, en tant que ministre de l'Economie et des finances La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Code de la mutualité : Un coup de bistouri dans le dos
Récemment adopté par la Chambre des conseillers, le projet de loi 109-12 du code de la mutualité vise à améliorer le fonctionnement des mutuelles. Noyés dans un flot de dispositions, deux articles (2 et 144) du texte ont fait sauter au plafond médecins privés, pharmaciens, cliniciens et biologistes…La raison? Ces articles amendés autorisent les mutuelles, notamment la CNOPS et la CMIM à posséder et à gérer l’offre de soins dans sa totalité ; pharmacies, cliniques, laboratoires, cabinets dentaires et centres d’accouchement. Or, cet amendement est en flagrante contradiction avec les dispositions de la loi 65-00 relative à l’assurance maladie obligatoire (AMO) dont l’article 44 interdit clairement aux organismes gestionnaires de l’AMO comme la CNOPS de posséder des unités de soins. Encore un coup mené en sous-main par le ministre de la Santé El Hosseïn Louardi et son collègue de l’Emploi Abdesslam Seddiki, soupçonnent les professionnels de la santé qui voient dans cette modification une autre attaque frontale contre leur activité après l’autorisation du TPA sur simple PV pour les médecins du public (Lire article). «Plus qu’un acte de concurrence déloyale, il s’agit d’un coup de bistouri dans le dos de la loi et l’éthique», renchérit un clinicien de la place. «Si le gouvernement ne veut plus de nous, il n’a qu’à nous le dire de manière claire pour qu’on puisse trouver un travail de rechange», lance, exaspéré, un chirurgien-dentiste. Prévoyant qu’il est Abdelilah Benkirane, sauf si la première Chambre rectifie le tir, sera certainement content de leur concocter un plan de reconversion dans le commerce des pépites et des cacahuètes à proximité des nouveaux établissements de santé des mutuelles…
 

à lire aussi :
L’écran de fumée d'El Khalf
Mustapha El Khalfi a réussi à faire adopter son projet de loi autorisant désormais tout citoyen marocain à déposer plainte auprès de la Haute autorité...
Un fonds en mal de cohésion
 Diagnostic accablant pour le fonds de la cohésion sociale. Il a été réalisé par la Cour des comptes et soumis mardi 28 novembre par son président Driss...
Un plat avec votre sel Monsieur Cabestan ?
De ce resto spécialités poissons qui fut naguère un haut lieu de la gastronomie casablancaise,  il ne reste plus pratiquement que le nom. Dans la salle principale...
L'ANRT s’emmêle les fils
Après avoir jugé que les applications fournissant des appels gratuits via VoIP «ne remplissent pas toutes les conditions requises pour être en conformité avec la...