Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Sahara marocain : Le roi siffle la fin de la récré
Les responsables algériens ont été sonnés par le discours royal du 6 novembre. Et pour cause… Le souverain leur a dit leurs quatre vérités et enclenché une nouvelle marche au Sahara.
 
Les responsables algériens s’attendaient à tout, sauf à un discours royal tonique et direct, au ton clair et incisif, qui siffle solennellement depuis Laâyoune la fin de la récré sur le conflit factice du Sahara. Trop, c’est trop. Cette mascarade n’a que trop duré. Ce jeudi 6 novembre 2015, qui marque le 40ème anniversaire de la Marche Verte, restera dans les annales nationales comme le point de départ d’une nouvelle marche, celle de la consolidation du développement des provinces du sud par la mise en œuvre de la régionalisation avancée. Avec à la clé des projets colossaux et structurants d’un montant de 77 milliards de DH dont les grandes lignes ont été expliqués par les responsables concernés, ministres et patrons d’office, devant S.M le Roi. L’heure est à la mobilisation nationale. Dans la détermination et l’optimisme. Le pays ne va pas attendre éternellement une réponse sérieuse à son offre généreuse d’autonomie qui représente «le maximum que le Maroc peut offrir». Il est donc hors de question de faire de nouvelles concessions. C’est à prendre ou à laisser. C’est plutôt à laisser car le Maroc qui avance a rempli sa part du contrat au-delà des espérances. Et le souverain d’énumérer les promesses formulées par le pays et qui ont été tenues : mise en œuvre de la régionalisation avancée qui se fait avec les populations du Sahara, responsabilisation de ses élites pour la gestion de leurs affaires locales et préservation de la sécurité et la stabilité dans les territoires sahariens qui compte parmi «zones les plus sûres dans la région du Sahel et du Sahara». L’Algérie de son côté n’a tenu aucun de ses engagements envers ses protégés. Elle n’a même pas été capable, comme l’a relevé le souverain, d’offrir un logement décent à 40.000 sahraouis séquestrés dans des camps d’infortune. C’est dire… Le Maroc ne paie pas les habitants du Sahara de mots ou de slogans creux, pas plus qu’il n’est un marchand d’illusions «comme le font autres», ceux qui ont fait miroiter 40 ans durant l’indépendance à la bande à Abdelaziz. Si Alger tient à ce point à ses mercenaires, il n’a qu’à implanter la RASD à Tindouf où quelques dizaines de milliers de sahraouis continuent à être pris en otage par la soldatesque algérienne.
 
 
A cet égard, le souverain a fustigé ceux qui ont «réduit les enfants libres et dignes du Sahara à l’état de quémandeurs d’aides humanitaires» et de «butin de guerre». Ceux-là, a proclamé le souverain, seront jugés par l’Histoire. Et le chef de l’Etat d’enfoncer le clou par cette interpellation directe des habitants des camps: «Etes-vous satisfaits des conditions dramatiques dans lesquelles vous vivez ? Les mères acceptent-elles le désespoir et la frustration de leurs enfants qui buttent sur un horizon bouché?». Les responsables algériens, à l’origine de cette escroquerie, s’accommodent depuis 40 ans de ce drame humanitaire poignant qu’ils entretiennent par la diplomatie du chéquier pour acheter des soutiens à la chimérique RASD. Pas le roi du Maroc. «Je récuse cette situation inhumaine qui vous est imposée. Mais si vous vous en accommodez, n’en faites le reproche qu’à vous-mêmes en voyant le Maroc assurer le développement de ses provinces du Sud et créer pour leurs habitants les conditions d’une vie digne et libre», conclut le souverain. Si l’ONU veut régler définitivement ce contentieux artificiel, elle n’a qu’à permettre aux populations du Sahara et des habitants des camps de Tindouf de choisir la direction que les uns et les autres veulent prendre en toute liberté. Là, la communauté internationale constatera que le flux humain s’opérera vers le Maroc et que personne ne restera un seul instant dans la fournaise algérienne. Les attaques indignes de la presse algérienne importent peu, tout comme les gesticulations du chef de la diplomatie de Bouteflika. Les masques sont tombés. Le Maroc ne fait pas marcher les habitants du Sahara comme le fait Alger, il a organisé sur son territoire du sud des marches de libération et de développement. L'envoyé spécial de Ban ki-moon au Sahara Christopher Ross est devenu persona non grata à Laäyoune. Ainsi en ont décidé les autorités marocaines qui ne peuvent plus le recevoir qu'à Rabat. La comédie est terminée. La fin d'une époque. Le début d'une autre.
Ahmed ZOUBAIR

à lire aussi :
Driss Jettou mouche Rebbah
Gestion opaque des ressources, carence dans le recouvrement des taxes, laxisme dans le suivi des contrats de transport urbain..., dans son rapport annuel consacré à la commune de...
Hassan Bouhemou : pourquoi il a rendu son tablier ?
Hassan Bouhemou n’a été ni poussé vers la sortie ni sanctionné pour une quelconque erreur. L’homme veut tout simplement changer d’air, ce qui est...
La campagne de boycott vire au grand n’importe quoi
Shell et Total continuent à faire le plein d’automobilistes alors qu’ils sont plus chers que Afriquia ! Vous avez dit bizarre ? Non déraisonnable à tout point de vue....
Moulay Hafid Elalamy était-il couvert ?
Annoncée il y a plus de deux mois, la cession de Saham Finances au sud-africain Sanlam n’a toujours pas reçu l’aval de l’autorité de tutelle. Moulahom Hafid...