Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Sahara marocain : Le roi siffle la fin de la récré
Les responsables algériens ont été sonnés par le discours royal du 6 novembre. Et pour cause… Le souverain leur a dit leurs quatre vérités et enclenché une nouvelle marche au Sahara.
 
Les responsables algériens s’attendaient à tout, sauf à un discours royal tonique et direct, au ton clair et incisif, qui siffle solennellement depuis Laâyoune la fin de la récré sur le conflit factice du Sahara. Trop, c’est trop. Cette mascarade n’a que trop duré. Ce jeudi 6 novembre 2015, qui marque le 40ème anniversaire de la Marche Verte, restera dans les annales nationales comme le point de départ d’une nouvelle marche, celle de la consolidation du développement des provinces du sud par la mise en œuvre de la régionalisation avancée. Avec à la clé des projets colossaux et structurants d’un montant de 77 milliards de DH dont les grandes lignes ont été expliqués par les responsables concernés, ministres et patrons d’office, devant S.M le Roi. L’heure est à la mobilisation nationale. Dans la détermination et l’optimisme. Le pays ne va pas attendre éternellement une réponse sérieuse à son offre généreuse d’autonomie qui représente «le maximum que le Maroc peut offrir». Il est donc hors de question de faire de nouvelles concessions. C’est à prendre ou à laisser. C’est plutôt à laisser car le Maroc qui avance a rempli sa part du contrat au-delà des espérances. Et le souverain d’énumérer les promesses formulées par le pays et qui ont été tenues : mise en œuvre de la régionalisation avancée qui se fait avec les populations du Sahara, responsabilisation de ses élites pour la gestion de leurs affaires locales et préservation de la sécurité et la stabilité dans les territoires sahariens qui compte parmi «zones les plus sûres dans la région du Sahel et du Sahara». L’Algérie de son côté n’a tenu aucun de ses engagements envers ses protégés. Elle n’a même pas été capable, comme l’a relevé le souverain, d’offrir un logement décent à 40.000 sahraouis séquestrés dans des camps d’infortune. C’est dire… Le Maroc ne paie pas les habitants du Sahara de mots ou de slogans creux, pas plus qu’il n’est un marchand d’illusions «comme le font autres», ceux qui ont fait miroiter 40 ans durant l’indépendance à la bande à Abdelaziz. Si Alger tient à ce point à ses mercenaires, il n’a qu’à implanter la RASD à Tindouf où quelques dizaines de milliers de sahraouis continuent à être pris en otage par la soldatesque algérienne.
 
 
A cet égard, le souverain a fustigé ceux qui ont «réduit les enfants libres et dignes du Sahara à l’état de quémandeurs d’aides humanitaires» et de «butin de guerre». Ceux-là, a proclamé le souverain, seront jugés par l’Histoire. Et le chef de l’Etat d’enfoncer le clou par cette interpellation directe des habitants des camps: «Etes-vous satisfaits des conditions dramatiques dans lesquelles vous vivez ? Les mères acceptent-elles le désespoir et la frustration de leurs enfants qui buttent sur un horizon bouché?». Les responsables algériens, à l’origine de cette escroquerie, s’accommodent depuis 40 ans de ce drame humanitaire poignant qu’ils entretiennent par la diplomatie du chéquier pour acheter des soutiens à la chimérique RASD. Pas le roi du Maroc. «Je récuse cette situation inhumaine qui vous est imposée. Mais si vous vous en accommodez, n’en faites le reproche qu’à vous-mêmes en voyant le Maroc assurer le développement de ses provinces du Sud et créer pour leurs habitants les conditions d’une vie digne et libre», conclut le souverain. Si l’ONU veut régler définitivement ce contentieux artificiel, elle n’a qu’à permettre aux populations du Sahara et des habitants des camps de Tindouf de choisir la direction que les uns et les autres veulent prendre en toute liberté. Là, la communauté internationale constatera que le flux humain s’opérera vers le Maroc et que personne ne restera un seul instant dans la fournaise algérienne. Les attaques indignes de la presse algérienne importent peu, tout comme les gesticulations du chef de la diplomatie de Bouteflika. Les masques sont tombés. Le Maroc ne fait pas marcher les habitants du Sahara comme le fait Alger, il a organisé sur son territoire du sud des marches de libération et de développement. L'envoyé spécial de Ban ki-moon au Sahara Christopher Ross est devenu persona non grata à Laäyoune. Ainsi en ont décidé les autorités marocaines qui ne peuvent plus le recevoir qu'à Rabat. La comédie est terminée. La fin d'une époque. Le début d'une autre.
Ahmed ZOUBAIR

à lire aussi :
Rabbah au creux de la vague?
Le ministre du Transport et de l’Equipement a été invité à revoir le marché portant sur l'étude préalable à la réalisation et...
A quoi sert le CNPAC?
Force est de constater que la hausse constante des accidents de la route et le nombre de tués ne valide pas la stratégie de communication et l’action  de sensibilisation du...
Une mutuelle qui fuite de partout…
 Alors que la tension monte en ce début d’année entre le personnel de la MGPAP et la direction, la commission de contrôle a bouclé un audit des comptes et de la...
Le crash d’une imposture
 Une vérité éclatante a émergé des décombres de l’appareil de l’armée algérienne qui s’est écrasé mercredi...