Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
« Derb Al Maâguiz », un récit fabuleux
Avec « Derb Al Maâguiz » (le quartier des paresseux), Saïd Chaffaj nous livre une œuvre littéraire sensible et enthousiasmant. Une œuvre, écrite en langue arabe simple et efficace, qui semble plutôt inclassable. Est-ce un roman ? Une autobiographie ? Une chronique sociale ? Les trois se mêlent au fil de l’histoire. Pourtant, lorsqu’on lit « Derb Al Maâguiz », on pourrait croire qu’il s’agit de l’autobiographie. Puis, lorsqu’on découvre toute la galerie de personnages qui gravitent autour du narrateur, que l’on observe leurs manières de vivre, d’agir, de penser, on se dit que l’on est en présence d’une véritable chronique de la vie quotidienne. Au fil des pages, on parcourt l’histoire du Maroc contemporain. On y retrouve l’enfance de l’écrivain, un pur casablancais. Le narrateur nous plonge au cœur de quartier de Sidi Bernoussi des années 70 qui paraissait « petit à ses yeux ». A l’époque, il s’amusait avec ses copains de classe au foot dans les rues de ce quartier où se trouve justement ce « Derb Al Maâguiz ». Puis, on traverse le temps et l’espace tout au long du récit passionnant qui pour beaucoup éveillera des souvenirs lointains. Tout y est ou presque. Des émeutes de 1981 jusqu’au mouvement du 20 février. On assiste à la description et à la critique à peine voilée des mœurs et coutumes des quartiers populaires de Casablanca, on assiste à la valse des personnages, à leurs échanges, comme si le héros s’était posté dans un immeuble nous laissant nous côtoyer ses personnages. L’œuvre est difficile à classer dans un genre littéraire précis, que chacun peut la considérer à son gré comme un conte, une fable, récit ou simplement un hymne à la tolérance...

à lire aussi :
Quand RAM célèbre l’art africain
 La Royal Air Maroc (RAM) est le transporteur officiel, pour la 2e fois, de la Biennale africaine de la photographie dont la 11e édition s’est ouverte samedi dernier Bamako....
Festival Gnaoua : Quand la musique fusionne les cultures
Pour sa dix-huitième édition, le Festival Gnaoua Musiques du Monde réunira en l'espace de quatre jours un bel ensemble éclectique de danses et musiques. Placée sous...
L’absence de l’ogre
 "L’Ours" est le quatrième roman de Mohamed Ouissaden. Edité chez Broc-Jacquart, il nous révèle un monde double, où le «  réel »...
La vie extraordinaire d’un livre
Abdellah Baïda vient de signer un nouveau roman intitulé «Testament d’un livre» aux éditions Marsam. Une fiction dans laquelle un livre prend la parole et raconte...