Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
La Samir, partout des fuites
Rien d’extraordinaire n’a été décidé à l’issue du conseil d’administration de la Samir tenu le 8 septembre. La restructuration financière de l’entreprise dépend du renflouement des caisses de cette entreprise exsangue par un apport massif en argent frais en vue d’atténuer l’acuité de son endettement qui dépasse les 43 milliards de DH dont 13 rien que pour l’administration des douanes et une dizaine pour les banques marocaines dont certaines ont opéré récemment des saisies-arrêt sur les comptes de l’entreprise et certaines saisies-conservatoires de ses propriétés. Mais la valeur de ces saisies est loin de couvrir la totalité des créances. Effaré par l’ampleur de la gabegie Samir qui s’apparente de plus en plus à une faillite frauduleuse, l’Etat marocain s’est montré intransigeant en exigeant des actionnaires saoudiens de payer leurs dettes comme préalable à toute négociation sur l’avenir de la Samir. Une enquête de l’office des changes a permis de dévoiler une autre grande hémorragie sous forme de fuite de devises. Selon une source proche du dossier, le raffineur ne rapatriait pas au Maroc tous les produits de ses approvisionnement en brut, planquant une partie de l’argent dans des comptes offshore (sur l’achat de chaque baril, un pourcentage reste à l’étranger). Le duo de choc Al Ammoudi-Baamer a bien vidé la Samir de son essence.
 
 

à lire aussi :
Afailal se mouille
Charafat Afailal a dégotté une cause pour exister «ministériellement». En mal d’attribution, la secrétaire d’Etat a lancé récemment...
Les autorités font avorter le projet Ayouch
Le projet du colloque sur les libertés individuelles porté par le pubeur Nourredine Ayouche et son « Collectif Démocratie et Libertés », qui devait se tenir...
Myopie politique
On ne sait pas encore si la chute mortelle dimanche 7 octobre du non-voyant Sabir El Haloui est la conséquence d’un accident tragique ou d’un acte de suicide. Seule...
Du rififi chez les éditeurs marocains
La liste des auteurs invités à Paris à l’occasion du Salon du livre de la capitale française, du 24 au 27 mars, dont le Maroc est l’invité d'honneur ne...