Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
L’impossible équation libyenne
La menace permanente pesant sur la Libye du prétendu Etat Islamique (EI), connu sous le nom de Daech, est plus le résultat du désordre qui règne dans ce pays que de la puissance de l’organisation d’Abou Bakr al-Baghdadi. Instabilité politique, rivalité entre tribus, milices révolutionnaires armées jusqu’aux dents… Quatre ans après la chute et exécution de Mouammar Kadhafi, la Libye est en effet toujours un pays déchiré, fragile et au bord du chaos. L’Etat est aux abonnés absents et la notion de "nation libyenne" est totalement inexistante dans l'esprit des gens. La Libye est toujours divisée en deux. Deux gouvernements – chacun disposant de son parlement et sa propre armée– revendiquent le pouvoir. L’un, basé à Tripoli dans l’ouest, est soutenu par Fajr Libya (Aube de la Libye), une coalition de milices islamistes ; l’autre, basé à Tobrouk dans l’est et reconnu internationalement, est issu des élections de juin 2014. Une partie du territoire contrôlé par Fajr Libya est aujourd’hui disputée par l’EI, qui a pris pied l’an dernier en Libye. Comment ce pays en est-il arrivé là ? Après la mort du colonel en octobre 2011, le conseil national de transition (CNT) promet de créer un Etat pluraliste. En juillet 2012, une première élection démocratique permet de désigner les deux cents membres du conseil général national, qui remplace le CNT. Un gouvernement d’intérim, dirigé successivement par Abdel Rahim al-Kib et Ali Zeidan, est chargé de préparer une nouvelle constitution et d’organiser des élections législatives. Les milices, toutes-puissantes en Libye, ne se résolvent alors pas à se dissoudre et les institutions étatiques peinent à se développer. Les élections de juin 2014 voient l’échec des candidats islamistes. Ainsi, les combattants islamistes, alliés avec les brigades de Misrata et diverses tribus sous la bannière de l’Aube libyenne, terrassent durant l’été leurs rivaux laïques des milices de Zintan dans l’ouest libyen et s'emparent de la capitale Tripoli. L’Organisation des Nations unies (ONU) tente depuis des mois de rapprocher les deux autorités afin de constituer un gouvernement d’unité nationale. Si un accord devait être trouvé – ce qui est loin d’arriver –, cela ne se ferait pas sans un soutien international prononcé. Comme ailleurs dans le monde, le processus de paix devra passer par une instance de réconciliation. Quitte à revenir sur la loi d'exclusion politique, texte qui vise à bannir des institutions de l'Etat toutes les personnes qui ont tenu des postes à responsabilité sous les quarante-deux années du régime de Mouammar Kadhafi. En 2010, la Libye comptait 1,2 million de fonctionnaires. Une inconnue parmi pleines d’autres de l’équation libyenne dont la résolution paraît de plus en plus impossible…
Rachid WAHBI

à lire aussi :
La peur de l'autre s'installe en Allemagne...
En Allemagne, le fossé continue de se creuser entre les partisans et les opposants de Pegida, le mouvement des "patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident", né en...
Liban : Un front chiite contre Hezbollah
 Au Liban, des personnalités chiites d’horizons très variés ont créé début octobre un mouvement d’opposition au Hezbollah. C’est la...
Oum Zahra, la marieuse de Daech
Une jeune française de 21 ans, partie l'année dernière en Syrie, aurait joué le rôle de tour opérateur et d'agence matrimoniale pour le compte de l'Etat...
Le pouvoir algérien redistribue les cartes
Le général Toufik, qui dirigeait le Département du renseignement et de la sécurité (DRS) depuis vingt-cinq ans, a été destitué par le...