Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
1975 comme vous ne l’avez jamais vu
L'ouvrage "Maroc 1975", paru récemment aux éditions "La Non-MAISON micro centre d'art" et "Hors' Champs", est une invitation à la découverte des scènes de la vie quotidienne enveloppées d'une certaine nostalgie que Bernard Plossu a captées lors de son voyage au Maroc en solitaire, accompagnées de textes de Abdellah Karroum qui éclaire et informe le lecteur sur la mémoire de ses prises de vue. L'année 1975 est un moment crucial, le début de la fin du siècle dernier. L'Etat espagnol décolonise le Sahara. La guerre du Vietnam se termine. Les intellectuels avaient déjà pris position contre les intrusions colonialistes et contre les régimes autoritaires partout dans le monde, contre l'usage des armes chimiques et les guerres sales souvent contre des innocents, rappelle l'artiste Abdellah Karraoum, pour asseoir le lecteur dans le contexte dans lequel ont été prises les photos de cet ouvrage écrit en arabe et en français. En effet, affirme Abdellah Karraoum, l’année 1975 «semble tellement proche quand la photographie fixe les regards témoins de ce temps précis de la rencontre. L'image revient et semble réduire le temps de l'histoire, en opposition avec la mémoire qui semble creuser le fossé, plus profond, entre cette image et la connaissance que nous avons du sujet. La photographie est en fer dans une troisième réalité, plus permanente que le présent ou la fiction».
Quelque 101 photographies en noir et blanc sont prises par Plossu qui a dirigé son appareil du côté d'Aglou, l'Anti Atlas, le Haut Atlas, la Vallée du Draâ, Tafraout, Fès, Marrakech, Goulmime, Casablanca, Tanger, Tiznit, Volubilis, dont il a happé des paysages ou encore des scènes de la vie quotidienne ou des places célèbres du Maroc comme celle mythique de Jamae El Fna à Marrakech. Certains clichés montrent des femmes voilées à l'ancienne, habillées en djellaba, marchant dans la rue d'un pas décidé qui vaquent à leur occupation, une autre scène présente des Gnaouas jouant avec les qraqeb (anciennes crotales), une autre encore là amusante montrant deux personnes, un enfant cramponné à un adulte qui sont accrochés sur la selle d'un vélo à Aglou, une scène amusante dans les villages marocains.
Sur d’autres, on aperçoit un cageot collé à un panier en osier qui jouxte une passoire en plastique, les trois récipients remplis d'œufs dans l'expectative d'être vendus, deux mausolée esseulés à l'océan, des constructions en pisé debout ou nichées dans des villages, des enfants à dos d'âne trottant sur une plaine immense qui domine tout l'espace de la photo, une jeune fille ravissante et tout sourire habillée en gandoura noire baladant sur le dos son bébé pour qu'il voit mieux le monde qu'il l'entoure. A découvrir !
 
 
 

à lire aussi :
«Les Marocains» de Jouiti, roman de l’année
Le ministère de la Culture vient de dévoiler la liste des gagnants du Prix du Maroc du livre pour l'année 2017, qui comprend six catégories. Ainsi, le Prix de la...
A la mémoire de mon père
"Nous fîmes quelques pas et je lui demandai de me tenir la main. elle glissa son bras au-dessous du mien. Nos épaules collées l’une contre l’autre, nous...
A New York, le cinéma marocain parle aussi amazigh
 La production cinématographique amazighe du Maroc a été célébrée à travers la projection d'une myriade de films et de documentaires...
"Étonnants Voyageurs" fait escale au maroc
 Gratuit et libre d’accès, le festival "Étonnants Voyageurs" se veut un espace d’échange et de dialogue, où les grands enjeux contem-porains sont...