Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Le diktat des intermédiaires
Ce qui contribue à la vie chère au Maroc en érodant davantage le pouvoir d’achat du grand nombre de citoyens c’est la multiplicité des intermédiaires. Ceci est un fait qui se vérifie tous les jours notamment dans le marché des fruits et légumes, ces denrées dont le Maroc est pourtant producteur sont devenues hors de prix pour le citoyen lambda. Que la saison soit bonne ou pas, que la pluviométrie soit au rendez-vous ou non, les prix des tomates, carottes et autres oignons se maintiennent à un certain niveau qui reste rédhibitoire. Du coup, faire sa marmite quotidienne devant ce coup de chauffe permanent est en train de devenir un luxe pour les couches défavorisées. Or, bizarrement cette situation anormale ne semble pas interpeller le gouvernement censé être le garant de la protection du pouvoir d’achat des citoyens des phénomènes extra économiques qui contribuent au renchérissement du coût de la vie. Là où un débat entre producteurs, distributeurs et consommateurs s’impose pour comprendre les raisons objectives de cette envolée des prix des produits agricoles, les responsables agissent comme si les vrais problèmes de la population comptaient pour des prunes, dépensant l’essentiel de leur énergie dans des sujets futiles qui sont à mille lieux de la réalité de leur quotidien de plus en plus difficile Or, le panier de la ménagère peut être ménagé de manière significative pour peu que les décideurs prennent les mesures qui s’imposent pour combattre le phonème nuisible des intermédiaires qui s’enrichissent sans effort sur le dos du citoyen et de l’agriculteur. En raison de l’absence de circuits de distribution reconnus et organisés, ce dernier vend souvent sa récolte sur pied à des prix très modiques au premier spéculateur qui entreprend ensuite de la revendre à un autre après avoir prélevé sa commission pour se retrouver sur le marché à des prix astronomiques. Pourquoi ne pas penser à un dispositif où l’Etat, via un organisme spécialisé, se porte acquéreur des produits agricoles des paysans du moins les petits d’entre eux en se chargeant de les mettre directement sur les étals de marchés dédiés ? Ce dispositif, de nature à court-circuiter la multitude des intermédiaires, offre l’avantage de payer la production fellah à son juste prix et d’en faire bénéficier le consommateur final à des tarifs convenables. Le même système peut être appliqué au poisson qui est de moins en moins à la portée des bourses modestes alors même que le Maroc dispose de deux belles façades maritimes réputées poissonneuses. Livrer les Marocains à une bande de spéculateurs sans foi ni loi au nom de la loi de l’offre et de la demande ressemble dans ces conditions à une démission de l’exécutif par rapport à sa mission de contrôle des prix et de leur encadrement dans le sens qui permet une certaine régulation. Si c’était le cas, l’immobilier, secteur de spéculation par excellence, investi par n’importe qui faute de cahier de charges contraignant, aurait connu une évolution moins chaotique avec des fourchettes des prix au mètre carré définis à l’avance en fonction de la ville et du quartier d’implantation. L’enseignement privé n’aurait pas été transformé par une bande de promoteurs peu scrupuleux en machine à faire saigner les parents d’élèves. Le désordre sur fond de laxisme qui prévaut en maître dans plusieurs secteurs a favorisé dans des proportions inquiétantes le règne de l’amateurisme et de la fumisterie, encouragé par des gouvernants qui ne se donnent pas les moyens pour avoir une prise sur le réel. Force est de constater que le changement tant proclamé dans le discours politique reste figé au stade de slogans dès lors que le citoyen ne constate pas ce qui a changé dans son quotidien difficile. Bien au contraire. Tout flambe, rien ne baisse.
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Le monde de Trump
Si l’arrivée de Donald Trump à la maison Blanche a provoqué une onde de choc immense aux Etats-Unis et dans nombre de pays du monde, c’est que l’homme divise...
Le bal des farces d'appoint
Le chef du gouvernement (sortant) et son parti agissent et se comportent comme un parti unique, méprisent aussi bien leurs alliés que leurs adversaires politiques (…) ; ils...
Le Sahara autrement
 Le conseil économique, social et environnemental a mis la dernière main à son rapport sur le modèle de développement qui doit prévaloir dans...
Un autre profil que Benkirane
Abdelilah Benkirane n’est pas seulement un bon calculateur politique. Il est aussi un institut de sondage à lui tout seul puisqu’il a livré aux participants à un...